PASINO, Homo Pictor SculptorQue

26 septembre 2009

LA CATA !

 

A la suite de fausses manœuvres, j’ai perdu un certain nombre de billets.

Je m’attache à reconstituer tout ça, mais il me faudra un peu de temps.
Et puis, pour simplifier, je réunis tous mes billets sur la gazette de “La QUESTION”, ne laissant que quelques images ici.

l’adresse : ATELIER-GALERIE LA QUESTION.

Posté par pasino à 08:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]


28 décembre 2008

EPI DE FAÎTAGE

epi-02)

Posté par pasino à 20:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 décembre 2008

UN ANGE PASSE

GABRIEL
Ce n'est pas trés récent. Je viens de retrouver ce i...Mage qui sera parfait pour souhaiter aux visiteurs une bonne année 2009 !

 

Posté par pasino à 13:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

27 novembre 2008

Juste un paysage

Un paysage, comme une promenade en Provence.






huile sur panneau. 2008, 20 x 20 cm.
collection privée.

Posté par pasino à 22:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18 novembre 2008

GABRIEL

Une t'ite peinturlure. C'est Gabriel ("Gabriel au dossard"), vous savez, l'Annonce à Marie et tout ça. Du diable si je sais d'où j'ai sorti ce dossard jaune. Je ne suis pourtant pas accro au Tour de France. Il est venu, comme ça.

Posté par pasino à 12:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


15 novembre 2008

Une Fantaisie

Une fantaisie, encore

" LA QUESTION "

Une petite huile sur bois, pour le plaisir.
Les "Questions" sont une série de personnages assis, les mains croisées. Inutile d'aller chercher midi à quatorze heures, surtout.

Posté par pasino à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 novembre 2008

une autre petite figure

" LA CARTOMANCIENNE "

huile sur bois, 14 x 18 cm.

Posté par pasino à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

dans la série " oui, maman "

le titre exact est

- "fais attention en traversant la rue !

- mais oui, maman. "

Posté par pasino à 15:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Petite Image

Juste une petite peinture sur bois.

p801_fantaisie

Avec un titre tout simple : " Fantaisie "

Posté par pasino à 15:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 octobre 2008

meNine arleQuine

Voici une assez ancienne terre cuite. Une de mes premières "Ménines".

Posté par pasino à 19:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

03 octobre 2008

la quEstion n° VII

Une toile que j'aime beaucoup. De la série des "Questions".

Un tout petit problème : je ne sais pas du tout ce qu'elle est devenue. Un grand mystère !

Posté par pasino à 22:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 octobre 2008

suZanne fOllette

PASINO_Suzanne_follette

« Suzanne follette un peu »

Posté par pasino à 23:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 septembre 2008

De Gueules Fardée

Une dernère version de
«
de gueules fardée », par Pasino.

Posté par pasino à 19:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

une imAge.

Une petite image,
pour le plaisir.

Posté par pasino à 10:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 septembre 2008

GAILLOT, dit Monsaigneur

Un pote.
Enfin, pas toujours, on se chicorne par écrit des fois, mais c'est un va-de-la-gueule réjouissant.

Gaillot est né et, presque immédiatement, s'est immergé dans les aventures trépidantes de Bibi Fricotin et de son pote Razibus, puis celles délirantes des Pieds Nickelés, Croquignol, Ribouldingue et Filochard. Le choc émotionnel provoqué par le contact rapproché avec ces olibrius a conditionné et détermine encore ses choix artistiques. Il gribouille, barbouille et bidouille, des images pas très distinguées, qui n'ont dans leur élaboration et le rendu plastique qu'un très vague rapport avec l'ART. Mais il s'en tape total le bougre et paraît jubiler sans vergogne, lorsqu'il accomplit, sa dérisoire besogne. Son idée fixe, semble-t-il, serait, est et sera, une école buissonnière ad vitam æternam, une balade sur les sentes à sauvagine du mauvais goût, par une prédilection avouée, pour tout ce qui est contre et contre tout ce qui est pour. Les écoles, tendances et mouvances, qui convulsent le microcosme artistique, le font ricaner et les pontifes du dogme dormir. La "quintessence de son art ": une simagrée, un pied de nez à l'élitisme qui est, pour lui, une basse émanation de l'intelligence. L'art, s'il existe, réjouit, déride, distrait. Plop. L'art, qui provoque le suicide des zygomatiques, n'est pas d'une compagnie affriolante. Les enfants le savent et l'expriment dans leurs gribouillages colorés. Ils n'ont aucune technique, aucun à priori et la pollution visuelle environnante ne paralyse pas leur geste. Des cœurs purs. Qui ne battent plus dans les cages thoraciques étriquées des tenants de la formule, du procédé ou de la technique, nique, nique. Si tous les cancres du monde voulaient se donner la main… Une sorte d'internationale des je-m'en-foutistes, une symphonie cosmique de l'irrévérence à tous les principes, à toutes les conventions, une farandole planétaire de tous les irréguliers de l'art et d'ailleurs. Si les peinturlures de Gaillot peuvent participer, à une dose infinitésimale, à ce trip de grand soir, celui-ci pourra la glisser sans remords, ses trois petits tours achevés et puis s'en va.

Posté par pasino à 21:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]